Les 7 meilleures machines à sous de Pragmatic Play que vous devriez essayer

Le Canada est un pays qui combine de manière unique la beauté naturelle avec la sophistication urbaine. En termes de superficie totale, le deuxième plus grand pays du monde a beaucoup à offrir. Ce sentiment d’identité culturelle s’étend à leur secteur florissant des paris ainsi qu’aux lois mises en place pour assurer le bon fonctionnement.

En ce qui concerne les paris en ligne, certains pays du monde oscillent radicalement d’un bord à l’autre. Malgré l’attrait de l’argent facile, les résidents canadiens et les législateurs ont réussi à adopter une position équilibrée. Dans la plupart des cas, les lois s’adaptent rapidement, en gardant toujours à l’esprit l’intérêt public.

Histoire des lois canadiennes sur les paris

À l’exception des paris sur les courses de chevaux, tous les types de paris ont été officiellement interdits au Canada en 1892. Le crime organisé était principalement responsable des paris illégaux.

La situation du pays est restée inchangée jusqu’en 1969, date à laquelle le Code pénal a été promulgué pour autoriser les paris légaux au Canada. Il a permis aux gouvernements locaux d’organiser des loteries sportives, dont le produit est allé à des œuvres caritatives.

Certaines activités de jeu auparavant interdites ont été ouvertes au public en 1970. En 1985, les provinces et les territoires ont reçu le pouvoir de contrôler les opérations telles que les machines à sous, les jeux de hasard de bienfaisance et les loteries.

Le jeu illégal est toujours une source majeure de revenus pour les dirigeants du crime organisé moderne. Une nouvelle génération de criminels indépendants férus de technologie a adopté cette pratique. Dans les deux cas, ces personnes malhonnêtes escroquent les consommateurs, truquent les compétitions sportives et ne paient pas leur juste part d’impôts. En conséquence, les organismes d’application de la loi municipaux et provinciaux sont confrontés à des contraintes plus lourdes.

Le gouvernement canadien a rapidement découvert que le secteur des paris pouvait remplir le trésor pour une somme d’argent importante. En conséquence, les frontières antérieures ont commencé à s’éroder avec l’introduction de plus en plus de changements de code. Ils ont considérablement accru les pouvoirs des gouvernements locaux pour réglementer les paris.

En 1985, un changement a été introduit qui permettait de parier sous la forme d’une loterie. Cela signifie que vous pouvez acheter un billet avec trois à six gagnants inscrits dessus. Cependant, les activités des sociétés de bookmaking telles que vous en avez l’habitude ont néanmoins été interdites.

Après un certain temps, les tickets ont évolué pour inclure des options telles que les options de total supérieur/inférieur et différentiel de points. Dans ce format pourrait être joué sur le basket-ball et le football américain. Les sociétés de loterie au Canada telles que Proline ont vendu des billets similaires.

Avec les progrès de la technologie et l’introduction d’Internet, de plus en plus de joueurs se sont tournés vers les paris en ligne. Les entreprises ont pu profiter des ambiguïtés du Code pénal, qui interdit toujours les paris sportifs, et mener leurs activités en toute légalité. Sports Interaction a été le premier bookmaker disponible légalement. Il était autorisé sur le territoire de Kahnawake.

La zone grise du marché canadien des paris

Les paris sportifs sont légaux au Canada depuis 1985. Cependant, comme les paris sur un seul match étaient interdits, ils étaient limités aux paris combinés par les loteries provinciales.

En juin 2021, le Canada a approuvé la Loi sur les paris sportifs sécuritaires et réglementés. La loi donne aux provinces le pouvoir de réglementer les paris sportifs en ligne sur un seul match. À l’époque, les paris en ligne n’étaient pas spécifiquement interdits.

Il y avait des exploitants du marché gris, qui étaient des casinos légitimes, qui ont fonctionné dans un vide juridique au Canada pendant des années. Ceux-ci ont été autorisés à passer d’opérateurs non réglementés à des opérateurs réglementés. Les bookmakers offshore opérant au Canada avant la légalisation ne se verront pas infliger une amende ni se voir refuser l’accès au marché légitime.

Le projet de loi canadien C-218

Des efforts ont été déployés au Canada pour autoriser les paris sur un seul jeu depuis de nombreuses années. Le sujet est débattu au Parlement depuis 2015 et avant. On peut soutenir que la légalisation des paris sportifs aux États-Unis a été le catalyseur de la légalisation complète des paris sportifs au Canada.

Comme aux États-Unis, d’éminentes ligues professionnelles et d’autres joueurs qui s’opposaient auparavant à la légalisation ont changé d’avis. Ils ont exprimé publiquement leur soutien à l’effort législatif bipartisan du parlement.

La plus récente tentative d’autoriser les paris sur un seul match a été le projet de loi C-218. Il s’agissait d’un projet de loi simple qui modifierait la loi fédérale pour permettre aux provinces de surveiller et de contrôler les paris sportifs sur un seul match. Il comprend une exemption pour les courses de chevaux et a reçu une large approbation de pratiquement tous les principaux acteurs du secteur des jeux.

En février 2021, la loi a été adoptée par la Chambre des communes. Cependant, au 23 juin 2021, son sort au Sénat était inconnu. Les parieurs sportifs canadiens se souviendront de cette journée pour le reste de leur vie.

Le rôle de C-218 dans les paris en ligne au Canada

L’adoption du projet de loi C-218 a effectivement rendu les paris sur un seul match légaux et réalisables au Canada. Les paris de style Parlay, le casino en direct et les loteries sont actuellement disponibles dans chacune des dix provinces et des trois territoires. Ceux-ci sont administrés par l’une des cinq commissions de loterie du pays.

Le projet de loi C-218 habilite chaque province à déterminer comment et quand les paris sportifs sont réglementés. Les États fédéraux doivent décider qui peut proposer des jeux d’argent en ligne et sur quels sports peuvent parier. Vous devez également décider quels types de paris sont autorisés.

Si les provinces le désirent, il sera relativement facile d’ajouter le jeu en ligne à jeu unique à leur régime réglementaire actuel. Chaque État fait son propre choix. Les commissions de loterie actuelles introduiront très probablement des paris sur un seul jeu dans leur site de paris sportifs en ligne depuis la mort de C-218.

Le 27 août 2021, la Loi sur les paris sportifs à match unique du Canada est entrée en vigueur. Étonnamment, peu de Canadiens connaissent les paris sur un seul match. Bien que les paris sur un seul match soient disponibles dans toutes les provinces, on peut s’attendre à un retard de mise en œuvre pour les paris sportifs de détail. Plusieurs provinces pourraient choisir de s’en tenir à leurs plateformes actuelles plutôt que de remanier fondamentalement leurs paris sportifs.

lois fiscales

Au Canada, les fournisseurs de paris ne paient aucun autre frais en dehors de l’impôt sur le revenu. Selon le montant des bénéfices, les taux d’imposition sur le revenu varient de 15% à 33%. En tant que joueur professionnel, vous devez payer des impôts sur vos gains. Cependant, si vous jouez chez les bookmakers juste pour le plaisir, vous n’obtiendrez rien.

Conclusion

Enfin, le Canada semble avoir découvert la méthode idéale pour effectuer des paris en ligne légalisés à l’intérieur de ses frontières. La plupart des formes de paris en ligne sont légales, mais des restrictions et des réglementations raisonnables sont en place pour assurer la sécurité des citoyens. Bien qu’aucun système ne soit parfait, le modèle législatif du Canada sert de phare pour tous les autres pays.



Source : thewestnews.com https://thewestnews.com/7-best-slots-by-pragmatic-play-you-should-try-playing/80002